Tilleuls coupés et conflits d’autorité au Jardin des Plantes de Nantes, 1858

Le Jardin des Plantes de Nantes à la fin du XIXe siècle. Source : La France. Aquarelles. Souvenirs de voyages. Paris, L. Boulanger (1896). BNF – CC0.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53160025d/f86.item

 

°°° Préambule °°°

Cette semaine devait se tenir le Congrès du CTHS à Nantes. Le thème de cette année était “Collecter, Collectionner, Conserver” et donc au début de mars 2020, j’étais toute guillerette à l’idée d’une semaine de printemps passée à Nantes pour échanger sur mon thème favori.

Mais çà, c’était avant.

Toute confinée depuis des semaines et le cerveau passablement engourdi, je me suis décidée à partager quelques idées que je devais présenter justement aujourd’hui, le 23 avril 2020, au sujet de l’histoire du Musée d’histoire naturelle de Nantes (une histoire compliquée et passionnante).

J’ouvrais donc mes cartons d’archives numériques, et je partais pour écrire sur cette salle circulaire du Musée d’histoire naturelle de Nantes, du temps où il se trouvait rue Saint-Léonard, entre la Préfecture et la Mairie. Un document fantastique de 1812 qui devait montrer comment l’histoire de l’architecture et des travaux publics sont une source essentielle de l’histoire des musées. Mais en chemin, j’ai ouvert le carton 1O16142 des Archives Municipales de Nantes. J’espérais y retrouver la délibération d’adjudication pour la réalisation des meubles dessinés sur le plan. Et je retombe sur une affaire de tilleuls abattus au Jardin des Plantes de Nantes en 1858.

L’histoire des jardins municipaux, des collections de botanique et de plantes vivantes fait partie des thèmes que j’ai dû sacrifier pour réussir à boucler ma thèse que j’ai soutenue en novembre dernier.1  Il y aurait eu tant à écrire, encore. Notamment sur l’histoire des relations et de la différentiation, voire de la séparation entre les collections de musées et les jardins des villes que j’ai étudiées (Lyon, Nantes et Toulouse). En dépit des importantes archives sur le Jardin des Plantes de Nantes et de la Société Nantaise d’Horticulture, c’est un objet qui est resté en marge de mon étude, et viendra nourrir d’autres travaux, les miens ou ceux d’un·e autre.

Je vous propose cette petite histoire de tilleuls coupés, sur la base des photos d’archives prises en 2015. De fait, il y a des trous dans l’histoire car la magie du numérique ne s’opère guère qu’avec de vrais moyens matériels et humains et avec des politiques d’ouverture des données.2

°°° Où un directeur de jardin botanique est résigné et accepte son blâme °°°

Venons-en à ces tilleuls abattus.
L’histoire se déroule suivant le fil d’ouverture des papiers, tels qu’ils apparaissent dans les cartons, que j’ouvre par ordre numérique.
Tout commence donc en 1858, dans le sens où apparaissent les papiers, par ce courrier de Jean-Marie Écorchard.

“J’accepte avec respect et résignation le blâme que vous avez cru devoir m’infliger à propos des tilleuls que j’ai fait disparaître.
En agissant ainsi, je ne croyais pas me mettre en contradiction avec la volonté du conseil municipal qui a approuvé mon plan. Je n’ai jamais pris l’engagement de conserver en entier l’allée des tilleuls. Quatre seulement figurent à mon projet ; et les autres auraient été conservés, si l’on m’en eut imposé l’obligation. Je n’ai rien vu dans les délibération du conseil municipal qui me fît un devoir de laisser subsister des tilleuls si contraire à l’effet général du dessin adopté.
Je regrette que l’on ait pas mieux compris mon projet à cet égard. J’aurai évité de m’attirer un blâme auquel je suis très sensible. (…)”
Source AMN – 1O16142, 5 décembre 1858

Jean-Marie Écorchard a été nommé à la direction du Jardin des Plantes de Nantes au début des années 1840, après avoir été en charge du cours municipal de botanique à la fin des années 1830. Comme directeur, il mène un important plan de réorganisation du Jardin3. Comme pour tout projet de cet envergure, bien des documents sont produits : courriers entre le directeur et la cabinet du maire, éventuellement avec la commission de surveillance du Jardin des Plantes, avec l’architecte-voyer, délibérations municipales, plans, devis, adjudications, factures. Ce sont de fabuleuses archives pour comprendre le fonctionnement administratif et les natures variées du travail au sein d’un lieu de savoir qui était également établissement public. Les plans portent sur l’ensemble du jardin ou sur des points de détail : une porte, une serre, une fontaine etc. Dans le prochain billet, je parlerai notamment de ce plan général du Jardin de 1854, signé par Écorchard, mais certainement réalisé en collaboration avec l’architecte-voyer Driollet.4

On comprend donc dans cet extrait de lettre – au demeurant assez courte – qu’Écorchard a pris la décision de faire couper une plantée de tilleuls au jardin. Pour s’en expliquer, il avance d’une part que le plan soumis à validation par le conseil municipal n’avait pas été bien lu et compris par ces derniers. Il reconnaît en outre, et à demi-mot, son geste en revenant sur le fait que ces arbres étaient un non sens pour l’ordre du jardin, une idée fondamentale dans le regard que les naturalistes portent sur l’organisation des collections, qu’elles soient vivantes ou non. Enfin, et de façon peu appuyée, il dit sa sensibilité à un tel blâme. Ce faisant, il reconnaît à première vue l’autorité du maire dont il accepte la décision.

 

°°° Où un directeur de jardin botanique nantais préfère les Parisiens °°°

Si l’on continue d’éplucher les documents, on se rend compte que les tensions s’étaient développé dès l’automne 1858. Très probablement donc, il ne s’agit pas d’un premier faux-pas, et le blâme résulte d’une succession de difficultés.
Il y eut des échanges a priori houleux avec “l’administration”, qui n’aurait aucune confiance en Écorchard. Je soupçonne que cette “administration” est en réalité une façon détournée de désigner la commission de surveillance du Muséum et du Jardin qui avait été instituée dans les années 1840 en complément à l’autorité municipale pour guider l’organisation de l’établissement. C’était une instance tout à fait commune dans les musées d’histoire naturelle de province dans le premier XIXe siècle.
Le conflit portait sur l’appréciation de la valeur des arbres de la pépinière du jardin. Écorchard avait alors obtenu le droit d’en établir un catalogue et de le faire évaluer par des experts à Paris et à Angers.5 On notera que le directeur du jardin était aussi à la tête d’un établissement qui produisait des espèces vivantes servant à l’élaboration d’une collection de botanique, mais qui devaient permettre aussi l’embellissement de la ville. Héritage des échanges entre correspondants, ce type de pratique fait du jardin un espace de production des doubles de spécimens botaniques qui alimentaient une économie du troc qui faisait partie des pratiques naturalistes de collection. Le catalogue était un document aux sens et fonctions multiples qui pouvait se rapprocher de l’inventaire et donc du nombre et de l’identification des pièces, mais également de la liste d’achat, aussi bien que du catalogue ou liste des pièces disponibles à l’échange ou à l’achat.6

Écorchard était visiblement très frileux à l’idée d’être contrôlé par des personnes “dont il ne connaissait pas le nom”, désignés par une commission qui d’après lui n’entendait rien à ce qu’était son projet botanique, et dont il refusait l’autorité. Les conflits avaient été également nombreux entre cette commission et le directeur du Musée d’histoire naturelle, au point que l’ensemble de ses membres avaient démissionné en 1836. C’est la nature administrative de cette autorité, considérée par Écorchard non légitime car non-scientifique, qui posait problème. La préférence d’Écorchard pour des experts angevins ou parisiens est remarquable.  Là où les naturalistes locaux avaient tendance à désigner les savants parisiens comme lointains, méprisants, voire ignares des situations locales, Paris reprend ici sa figure d’autorité comme lieu des réussites. Écorchard mentionne par exemple les “horticulteurs” du Bois de Boulogne, comme une élite de la botanique. Dans une stratégie opportuniste, Écorchard désigne ainsi de meilleurs experts et en donnant des noms probablement inconnus du maire : il met ainsi en avant son capital social de savant et tente de se soustraire à une autorité locale qu’il juge illégitime.

 

°°° Où un maire joue le médiateur °°°

“(…) Tout d’abord, Monsieur Le Directeur, je répondrai à votre première proposition, qu’une trop grande susceptibilité de votre part a pu seule vous faire croire que vous n’aviez pas la confiance de mon Administration comme vous avez la mienne. Je commence donc à vous rassurer entière à cet égard.”
AML – 1O16142, 20 octobre 1858.

La situation tendue n’avait pas, alors, empêché le maire, Ferdinand Favre, de renouveler sa confiance à Écorchard. Dans un courrier du 28 octobre 1858, il se veut rassurant et surtout conciliant. Le maire est le haut représentant de la commune, sur nomination du gouvernement qui choisit parmi les élus du conseil municipal, élus au suffrage censitaire.7 À Nantes, la mairie a été particulièrement stable pendant des décennies : en effet, si ce n’est pour la période 1848-1852, Ferdinand Favre en occupe le siège pendant une trentaine d’années, de 1831 à 1866. La figure du maire comme figure d’autorité est alors largement en construction au cours du XIXe siècle et les mécanismes de cette construction sont finalement assez peu connus. Depuis ce que j’ai pu observer depuis mon travail sur les musées et collections naturalistes, c’est une figure qui bien souvent joue le rôle de médiation et de traduction entre acteurs et instances au niveau municipal et administration départementale.8 Si la mémoire isole parfois certains faits de la geste du maire (Favre est connu pour son goût pour la botanique et pour avoir introduit les camélias à Nantes), leurs activités consistent essentiellement à être des administrateurs, comme en témoigne les masses de papier produites par leurs cabinets respectifs. La conservation des deux versions du courrier à Écorchard (voir les courriers ci-dessous) témoigne d’ailleurs d’une partie de ce travail de l’administration. Il y a d’abord la minute du maire, écrite sur un brouillon avec des formules abrégées, feuille de récupération et pliée. Elle est probablement rédigée par le maire lui-même. Dans un deuxième temps, le personnel du cabinet du maire s’occupe de mettre au propre la lettre avec une écriture soignée, sur du papier à en-tête, accompagné de toutes les formules d’usage. Le courrier final est cependant signé de la main du maire Favre.9

AMN – 1O16142, minutes du courrier du maire Favre à Écorchard (1), 25 octobre 1858

AMN – 1O16142, minutes du courrier du maire Favre à Écorchard (1), 25 octobre 1858

 

AMN – 1O16142, courrier officiel du maire Favre à Écorchard, 25 octobre 1858

°°° Où les tilleuls sont tous abattus °°°

Mais quelques feuilles plus loin, dans le carton, ce message de décembre 1858 tombe comme un couperet :

“Monsieur le Directeur,
Je ne tiens assurément pas à la suppression d’un arbre de plus ou de moins pour faciliter les travaux que vous avez à faire exécuter au Jardin des Plantes ; mais vous savez à quel point je tenais avec mon administration à ce que les tilleuls de la grande allée fussent conservés et ce n’est pas sans une grande surprise que j’apprends que vous avez supprimé tous les tilleuls de cette allée.
Je ne trouve pas d’expression assez forte pour blâmer cet acte de votre part et ne puis comprendre ce qui a pu vous déterminer à faire exécuter à faire opérer cette suppression sans m’en référer.
Je regrette, Mr. Le Directeur, connaissant votre zèle et vos bonnes intentions d’avoir à vous exprimer mon mécontentement sur une mesure [adoptée par vous] qui me parait des plus intempestive puisque vous aviez vous-même donné à mon administration l’assurance que ces arbres seraient respectés.

J’ai l’honneur …
FF”
Source : 1O16142, 1er décembre 1858

Ce texte est chargé en émotions, ce qui est plutôt rare dans l’aride correspondance administrative nantaise. On y lit de la surprise, de la déception, celle du maire responsable de sa ville, celle de l’administrateur, voire celle d’un pair, d’un soutien personnel, qui avait confiance. Il venait d’ailleurs de la renouveler en s’engageant probablement en dépit de la “susceptibilité” d’Écorchard, et en dépit des doutes émis par a commission de surveillance.
Je n’ai pas encore identifié les documents présentant le projet complet du directeur du Jardin des Plantes, et je ne sais si Écorchard a joué de malhonnêteté dans la présentation de son projet. Il semblerait, comme cela lui est arrivé dans d’autres cas, qu’il ait usé de mauvaise foi. Cet épisode ne lui a pas coûté son poste, et il semblerait que son autorité savante, construite auprès de la Société Nantaise d’Horticulture et dans d’autres instances savantes, lui ait permis de résister face à une critique aussi forte de son travail.

Garder les tilleuls ou les faire abattre : ce court épisode de la vie savante et politique nantaise à la fin de 1858 met en lumière les forces en opposition dans la construction du lieu de savoir qu’est le Jardin des Plantes de Nantes. C’est aussi un exemple de ce qui se joue à l’échelle locale voire au niveau interpersonnel quant au dessin plus ou moins clair de la difficile ligne de démarcation entre les formes d’autorités savantes et politiques.

 

Mais l’aventure des tilleuls coupés ne s’arrête pas ici: rendez-vous dans le prochain billet.

  1. Ma thèse Capital Nature. A History of French Municipal Museums of Natural History 1795-1870 est encore sous embargo, mais vous retrouverez sa notice complète ici http://hdl.handle.net/1814/65304 []
  2. À ce sujet, les grandes questions ont récemment été rassemblées par Émilien Ruiz dans ce billet []
  3. Ceci fera l’objet d’un prochain billet []
  4. Dans ma thèse, j’explique aussi comme les directeurs de Musée d’histoire naturelle deviennent parfois architectes. Sur la question de l’architecture des musées, il reste beaucoup de choses à explorer. Voir Vauthier-Vézier, Anne. L’estuaire et le port. L’identité maritime de Nantes au XIXe siècle. Histoire. Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2007. https://doi.org/10.4000/books.pur.5984, surtout le chapitre 7 ; de toute façon, commencer par les travaux de Sophie Forgan : « Bricks and Bones: Architecture and Science in Victorian Britain ». In The Architecture of Science, édité par Peter Galison et Emily Ann Thompson, 181‑208. Cambridge (Mass.): MIT Press, 1999, « Building the Museum: Knowledge, Conflict, and the Power of Place ». Isis 96, no 4 (2005): 572‑85. https://doi.org/10.1086/498594, « The Architecture of Display: Museums, Universities and Objects in Nineteenth-Century Britain ». History of Science 32, no 2 (1994): 139‑62. []
  5. AML – 1O16142, 30 octobre 1858. []
  6. J’en parlais dans une communication qui est en cours de publication :  “Lister, inventorier et classer la Loire Inférieure : les catalogues de minéralogie du Muséum d’histoire naturelle de Nantes, 1810-1836”, Logiques de l’inventaire : classer des archives, des livres, des objets (Moyen Âge- XIXe siècle), Françoise Briegel; Maria-Pia Donato; Valérie Theis, Oct 2019, Genève, Suisse. ⟨halshs-02542694⟩ []
  7. Voir notamment Jocelyne George, Histoire des maires: de 1789 à 1939. Paris, France: C. de Bartillat, 1990. []
  8. Cette dernière servait elle-même d’interface administrative pour établir le lien avec le Ministère. Voir les travaux de Pierre Karila-Cohen, comme par exemple « Maupas, ou le métier de préfet : réflexion sur le fonds 607AP ». Histoire, économie & société 34e année, no 2 (26 juin 2015): 42‑54. https://doi.org/10.3917/hes.152.0042. []
  9. Sur l’histoire de la bureaucratie, lire les pages passionnantes de Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer: comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines, 1800-1940. Paris: La Découverte, 2008. Plus ancien, mais non moins passionnants car relativement uniques en leur genre, les travaux de Guy Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France. Vol. 2. Paris: Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001. []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.