#6 – en peau

Çà, c’est la première fois que j’ai tenu dans mes mains, un specimen.

J’étais curieuse de comprendre ce qu’était cette préparation d’oiseaux ‘en pot’. Pourquoi mettre des oiseaux en pot? Sont-ils immergés dans une solution qui conserve leur plumage? Est-ce que c’est une préparation justement faite pour conserver “l’intérieur” de l’animal, je sais pas, les os?

J’arrivais donc au Centre de Conservation et d’Etude des Collections du Musée des Confluences, rue Bancel à Lyon (où se trouvent rassemblées les collections d’histoire naturelle, mais aussi une partie des archives sur ces collections). Un grand bâtiment quelconque, de l’extérieur, un peu planqué derrière une placette elle aussi quelconque. Point d’écrin : toutes ces richesses sont dans une banale boite.

Une fois passées les trois portes, après avoir monté les deux étages, signé le registre, pris l’ascenseur et être repassée par trois portes fermées à clef et ouvertes par mon interlocuteur sur place, j’arrivais dans la pièce renfermant la collection des oiseaux. Il n’y faisait pas si frais (je m’attendais à une sorte de frigo). Elle était plutôt spacieuse. Toute blanche. On y trouvait une tablette d’écolier avec des épingles, des élastiques, des étiquettes, un stylo noir très fin.

Nous étions à la recherche d’oiseaux qui avaient été achetés, peut-être préparés, en tout cas intégrés à la collection entre 1835 et 1860. En effet, les oiseaux ne sont pas rangés : ils sont classés par espèce. C’est la classification du vivant qui organise les étagères, non pas les couches successives d’acquisition. Soupir d’historienne.

Et c’est donc ainsi que j’ai découvert que les oiseaux “en pot”, étaient en réalité des oiseaux “en peau”. Oui.  On s’invente des histoires, aussi.
Mon guide me pointe un meuble ancien. Une sorte de grande commode de deux mètres de haut, et de 50 cm de large, avec plein de tiroirs pas très hauts, 20 cm. Il y en avait toute une série le long du mur. Au milieu des ‘vraies’ grandes étagères, il y avait ces rescapés du mobilier ancien. Il y a des strates temporelles, finalement.
Il s’affaire. Il ouvre plein de tiroirs, les uns après les autres. Il cherche cet oiseau dont il se souvient qu’il portait une étiquette de l’époque Jourdan. Et des oiseaux, il y en a des centaines par tiroirs. Il y en a même plusieurs couches, séparées par des feuilles de soie.
Car oui, l’oiseau en peau, c’est l’oiseau préparé, vidé, dont il ne reste que la peau. Il n’est pas monté. Et il finit dans une masse d’autres oiseaux en peau de la même espèce ou du même genre, entassés dans des dizaines de tiroirs.

Il y a eu un moment de grande perplexité quand il m’a dit “tiens, prends-le”.
Est-ce que je le prends? Comment? Du bout des doigts? A pleine main? A deux mains? Est-ce que c’est fragile? Et qu’est-ce que c’est au juste? Un objet de musée? Un animal mort depuis 150 ans? Un rat de laboratoire? Un oeuvre d’art? Un succès incontesté des techniques de préparation?
Mais surtout:  est-ce que j’ai envie de toucher ce truc? Est-ce que j’ai envie de rentrer ma main dans ce fouillis de plumes pas très fraîches?

Et donc je l’ai pris en main. Et j’ai pris ma perplexité sous le bras aussi. Petit instant de l’émerveillement. C’est si léger. Si fragile et en même temps pas du tout. C’est gris, un peu beige. C’est doux. Ca sent un truc, mais je ne sais pas quoi – peut-être n’ai-je pas envie de le savoir. Et puis ca vient de loin, l’étiquette en vélin le confirme : époque Jourdan, certainement. Peut-être qu’on a touché le même objet. Moment d’épiphanie.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.