#5 – “on vit avec les bagages qu’on a”

“On vit avec les bagages qu’on a”

Cette phrase se trouve au dos de cette double page photographiée.

Cette double page est un lieu de ma thèse où je reviens souvent. Je l’ai photographiée, et même si le carnet est rangé sur une étagère et certainement à des centaines de kilomètres de moi lorsque j’ai besoin d’y retourner, je peux toujours la relire.
Un Moleskine souple en A5. Là je m’étais trompée de paquet, car je préfère les carnets non-lignés. Je crois que j’ai écrit avec ces stylos distribués par la bibliothèque de l’EUI – ils glissent vraiment bien sur ce papier. En général, je préfère les Pilot V5 ou Stabilo point 88. Normalement en noir.
Je ne remplis pas beaucoup l’espace de la page. L’idée se retrouve ainsi là, au milieu : patente. Enfin j’essaie. Comme la plupart des lieux de la thèse, c’est un espace de tatônnement.

Cette double page est un lieu où je retourne souvent. J’y ré-entends les mots, le ton des voix, mes questions, mes questionnements surtout. C’est trop dur. J’y arriverai jamais. Les réponses qui arrivaient comme des fléchettes. On vous fait confiance. Pas d’états d’âmes. Hop. Ma main qui essayait de tout bien consigner, en me disant que les mots de cette discussion, il faudra vraiment que je les relise, car vraiment c’est très juste.

Une skype rencontre avec #DT. Il y a pas mal de temps déjà (octobre 2016). Je voulais absolument me sortir d’une espèce de marasme mental qui m’empêchait d’écrire. Main bloquée. Doigts bloqués. Cerveau bloqué. Cet autre lieu qu’est le pédiluve de l’écriture. Une micro-pièce à quatre murs, deux portes, les pieds dans l’eau. Et on attend, on attend. On attend. Avant d’oser se jeter dans le grand bain. (Et encore, je suis du genre frileuse, donc même une fois dans le bain, je fais durer l’immersion). J’en parlerai certainement bientôt.

“On vit avec les bagages qu’on a”. J’emmène ce lieu, ce moment, avec moi dans mes bagages. Presque plutôt un lieu de transit, une passerelle en kit démontable / remontable à tout moment. Si besoin.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.